Translation

City in Translation

Vesterbro in Copenhagen. Photo by Erinç Salor. 

Vesterbro in Copenhagen. Photo by Erinç Salor. 

I am so happy to announce that following up on my residency in Copenhagen, I have now launched a new website: City in Translation

It is very exciting to be able to show one's work to the world. You put all your heart and energy into something, do your very best to make it look good and accessible to as many people as possible, and then, you feel vulnerable because after all, you've put some part of yourself out there. That's a bit what City in Translation does to me. It is an exploratory project, based on research, but the interpretation of the city through its languages is totally personal and subjective. Which is why I like doing it so much, and also why I feel a bit naked when sharing this city of my imagination with you. 

So, to help you navigate through the stories, I have also separated fictions and resources, these two sections go hand in hand to provide complimentary perspectives. Fictions features creative writing and other expressions by myself, Resources provides a collection of material from within and outside academia aiming to contextualise the work of this project and aid in future research.

City in Translation starts in Copenhagen, but I do wish to expand to further cities in the coming months and years. I would also like to develop other activities around the theme of exploring languages in urban spaces, in the forms of workshops and other events. This is a starting point of a journey, which I hope you will join. 

Spectacular Translation Machine comes to Europalia

Spectacular Translation Machine in London. Photo ©Carole Mendy

Spectacular Translation Machine in London. Photo ©Carole Mendy

When I was Translator in Residence at the Free Word Centre in London, I had the opportunity to work on a fantastic event entitled the Spectacular Translation Machine, an initiative from the British Centre for Literary Translation first hosted at the Southbank Centre. I wrote about my experience on Phoenix Yard Book's blog about the "Line of Fire" book, which was the work we focused on in London. 

If you're curious about the Spectacular Translation Machine, the wonderful Sarah Ardizzone is running another one at the Edinburgh Book Festival on 29 August

I got so inspired by the experience that I have since then dreamed of bringing the project into one of my projects outside of the UK (I am still dreaming of doing this in Turkey... if anyone wants to join forces). Being the Literature Curator of Europalia Festival for the Turkey edition has given me that opportunity. I am very happy to say that as part of the arts programme of this international festival focusing on Turkey in 2015-16, we are bringing the Spectacular Translation Machine to Brussels. Save the following dates in your agenda if you're in town:

  • 28 & 31 October 2015 @ Muntpunt, Brussels 
  • 05 December 2015 @ Librairie Le Wolf, Brussels 
  • 16 January 2016 @ PointCulture, Brussels

During these days, we will be working on a Turkish illustrated book by Feridun Oral, in collaboration with YAPI KREDI PUBLISHING in Turkey. 

I love Feridun Oral's works. His illustrations are beautiful, and the stories are truly moving. His early creative influence come from the tales told by his grandmother. Here's an excerpt of a presentation from A Journal of Internation Literature:

Animals are the subjects of much of Oral’s art and stories. He believes that children have an innate love of animals and that this love must be fostered and developed to teach children to love each other and themselves, and to appreciate nature. His characters are always well considered and strike a balance between realism and surrealism. The animals he draws are notable for their expressive features and actions. These expressions help children to identify with the animal characters in his books.

CALL FOR VOLUNTEERS

Europalia is currently looking for volunteers who know Turkish and can help the general audience during these days to translate the work into French, Dutch and English (you don't need to master all three, just Turkish to one language is enough!). See this Facebook post for further details about the call for volunteers. 

And below is a teaser of the whole festival, which will last from 6 October 2015 until 31 January 2016. I hope you can join the festivities and discover the many cultures of Turkey. 

Residency in Copenhagen

I am extremely happy to announce that I will spend a month in Copenhagen from mid-April to mid-May as part of a residency organised by Culture@Work.

The Culture@Work Project aims to develop an international platform for the circulation of artistic work and for the collaborative training of professionals in the cultural sector. It is coordinated by the Lisbon Consortium - Catholic University of Portugal, and includes the Department of Arts and Cultural Studies at the University of Copenhagen and MACBA - Barcelona Museum for Contemporary Art in its networks. 

Needless to say I feel very proud to have been selected. 

During my residency in Copenhagen, I will explore the “City in Translation”, taking languages and the city's public space as a starting point to explore how the process of translation happens and how people interact with the languages in their city. Throughout my residency, I will go on a hunt for stories behind these words and languages. 

I will also go to Barcelona on 24-25 April to talk about the work I'll do during my residency at the Circulating Critical Practices workshop .  

I am looking forward to this new challenge and will share my experience as usual here and on social media. 

Films, Hearts and Languages - Free Word Centre

In August, I attended the Sarajevo Film Festival. I have written a piece focused on language for the Free Word Centre blog. Here is the beginning:

Last week was the 20th edition of the Sarajevo Film Festival, one of the most important international film festivals of Europe. It has an immense impact, especially in the region, every year awarding its Hearts to films coming from around the world. I was again very lucky to be there and experience the immense energy of the city, the high quality of the movies and encounters with the filmmakers that were on offer. Now, because I mostly (if not always) look at the world through my translator’s eye, I will be exploring my experience of the festival the same way. So do not expect film reviews (I am not a film critic), but rather a look at the role language and translation play in film making and viewing. 

You can read the full piece on the Free Word Centre's website.

Traduire : geste solitaire, geste solidaire

Pause, concert Musica transalpina (La Verginella) au Muziekgebouw, Amsterdam
Pause, concert Musica transalpina (La Verginella) au Muziekgebouw, Amsterdam

Cette semaine, nous avons repris le travail sur le second volume de l’anthologie d’auteurs contemporains turcs Meydan | La Placeavec Christine Jeanney. Après des mois de recherche et de lectures pour le second et le travail continu sur le site web de Meydan | La Place (et sa toute nouvelle page Facebook), j’ai enfin repris la partie que je préfère : la traduction.

Nombreux diront que traduire est un acte solitaire. Sans doute, lorsque l’on écrit, on traduit, on est seul. Oui, l’auteur est là, l’histoire est là, mais on prend seul certaines décisions, on fait des choix en tant que traducteur. Mais cette solitude ne dure pas longtemps pour moi, pas lorsque je traduis pour Meydan | La Place. J’ai une chance inouïe d’avoir été accueillie par François Bon à Publie Net et de travailler en duo avec Christine Jeanney sur les textes. Et je n’oublie pas le travail de Roxane Lecomte et Gwen Català, qui arrive après la traduction et les aller-retour de mots entre moi et Christine, et ici, c’est de ce voyage là que je veux vous parler.

Je traduis, j’ai d’un côté le turc, de l’autre le français. Deux langues qui sont en moi. Deux langues qui parfois se battent pour prendre le dessus. Une lutte des langues que je vis au quotidien mais que j’aime explorer. Une fois le texte turc traduit en français, je préviens Christine qui va l’explorer à son tour dans notre Dropbox Meydan. Et là s’opère l’échange, là l’acte solitaire devient solidaire. Soudain, la lutte des langues se calme en moi et je peux enfin revoir le texte que j’ai traduit à travers la lecture de Christine. Et c’est à chaque fois plus enrichissant.

La traduction est pour moi avant tout un geste généreux, et cette générosité peut se dévoiler en toute confiance grâce à ce travail d’équipe. Je n’ai pas toujours eu l’occasion de travailler ainsi sur d’autres projets de traduction, d’où ma joie immense de pouvoir le faire à Publie Net, entourée d’une réelle équipe et avec qui nous construisons ensemble ce projet qui me tient énormément à coeur. Contente et fière que ce partage est réciproque et hâte de vous présenter ce second volume bientôt… D’ici là, l’échange continue.

les langues vagabonde(s)(nt)

L'émission diffusée en avril 2012 semble ne plus être disponible en ligne. J'ai donc ajouté les liens vers un entretien plus récent (avril 2014). 

L'émission diffusée en avril 2012 semble ne plus être disponible en ligne. J'ai donc ajouté les liens vers un entretien plus récent (avril 2014). 

Tandis que je réécoutais la série de cinq épisodes consacrée à George Steiner en avril 2012 par Laure Adler dans l'émission Hors-Champs, je me suis attardée sur le premier épisode dans lequel Steiner parle de multinguisme. Polyglotte lui-même, Steiner a toujours fait partie de ces figures intellectuelles que j'admire et lis avec beaucoup de passion et d'intérêt. Au-delà de la fierté et du bonheur de connaître et même de maîtriser plusieurs langues, je suis dans un constant questionnement personnel sur le rôle de mes langues, sur l'usage que j'en fais, et surtout sur la qualité de cet ou ces usages. Ce questionnement inexistant à l'oral grandit lorsque j'écris et je traduis.

Steiner décrit très bien ce que je ressens en tant que polyglotte :

Est-ce que le polyglotte, celui qui n’est pas enraciné dans une langue - ce qui est un peu mon cas - perd une certaine intimité presque organique avec ce qu’on appelle - la phrase est très dangereuse en allemand, ‘avoir son sang et son terroir' Blut und Boden... tandis que le monoglotte dit ‘voilà, je suis comme un arbre profondément enraciné et toutes les nuances de ma langue, de ma sensibilité sont entièrement celles d’une tradition, d’un certain milieu’... j’ai mes doutes.

Une des questions qui me hante souvent est ce lien, qui peut être très dangereux comme le dit Steiner, entre l'identité ethnique et la langue. Mais c'est une question très complexe sur laquelle je préfèrerai m'attarder une autre fois car elle nécessite bien plus de connaissance théorique qu'un simple avis personnel. Steiner cite ensuite dans ce même entretien les “grands fabulateurs de notre époque” qui sont polyglottes, ces “virtuoses de Babel” tels que Samuel Beckett, “un magma volcanique où les langues s’entremêlent”, Vladimir Nabokov, Joseph Conrad, ou encore Oscar Wilde, dont on oublie souvent qu'il écrivit de nombreux textes en français, qui dit “Je n’appartiens pas à une langue”.

Au-delà les frontières, chaque langue ouvre une fenêtre sur un autre monde, oui, mais je me demande si en tant que polyglotte, nous perdons quelque chose d'essentiel dans l'échange ? Steiner continue :

Un vagabond, pèlerin entre les langues n’aura jamais cette notion somnambulique, cet instinct viscéral pour certaines données, certaines nuances de sa langue natale.

Il m'arrive souvent de penser à cette notion d'instinct viscéral lorsque je traduis du turc, ma langue maternelle de naissance, en français, ma langue maternelle d'adoption. Suis-je trop fidèle au turc que je crois comprendre les yeux fermés, ou au contraire, ai-je perdu cette connaissance "viscérale" dans l'acceptation d'une autre langue comme maternelle. Quel est le voyage que je tente d'effectuer en tant que pèlerine ? Qu'est-ce que je cherche à rejoindre ? Suis-je une vagabonde, sans domicile, ou est-ce que je vagabonde, à la recherche d'une langue qui n'existe pas ? Je n'ai pas de réponse, et cela fait longtemps que j'ai lu After Babel ou d'autres travaux de Steiner, pour pouvoir faire un lien conséquent avec son oeuvre en particulier. Mais je sais juste que ce questionnement est là, omniprésent. Je flotte entre doute et confiance, entre une langue et une autre, entre la compréhension que j'en ai et celle que je crois avoir et qui peut-être n'existe pas.

J'aurai de quoi nourrir mon exploration et de la partager ici vu que je suis en plein travail de traduction de textes contemporains du turc en français pour le second volume de Meydan | La place. Entre temps, écoutez George Steiner à travers ces cinq entretiens absolument fascinants.

Accorder mes claviers

Musee des lettres Den Haag
Musee des lettres Den Haag

Mon iPad, mon Mac, mon iPhone 5, mes trois claviers en plastique, mes deux fois cinq claviers apparaissant et disparaissant à ma guise,…

Tape, clic, tap, dokun...

Mes claviers
Mes claviers

Sous mon iMac, j’ai deux claviers, un QWERTY, l’AZERTY invisible gravé dans ma mémoire derrière, et un clavier turc plein de caractères que je n'ai pas envie d'apprendre par coeur. Les rechercher au fil de quelques clics me semble bien long également - il faut garder le doigt sur une touche pour qu’apparaisse ensuite la lettre que je dois choisir, et puis ça ne marche pas toujours et donc faut ouvrir le character viewer, cliquer… non, non, c’est trop long.

Changer de clavier en une simple tape avec l'iPad et l'iPhone est devenu une habitude, le geste d'échanger les claviers sous l’iMac en est devenu presque difficile. Le petit ne remplacera pas le géant, pas encore, donc je continue les échanges physiques de claviers. Mais il ne suffit pas de déplacer un clavier, reste encore le choix du petit drapeau qui représente la langue dans laquelle je veux écrire, encré dans le navigateur. Américain, Français, Turc, Espagnol… comme si les langues n’appartenaient qu’à certaines nations.

J'ai cinq claviers dans mon iPad. Ce sont autant de manières de m’exprimer multipliées maintes fois encore, car la langue n’est pour moi plus liée à une nation, même si les drapeaux tentent de me rappeler le contraire. Je dépasse ces frontières-là en une simple tape sur l'écran, j’y passe de ces mondes à d'autres. Il n'y a plus d'espace entre le moment où je commence à penser dans une langue et l'instant où j'écris dedans. Cette liberté de jongler entre les langues m'est essentielle - mon clavier portable sans fil  censé accompagner iPad ou iPhone en souffre, laissé seul au fond d'un tiroir (je ne sais même plus lequel). J'ai un outil qui arrive à suivre la vitesse de mes passages entre les langues.

Si les claviers fonctionnent merveilleusement en accord avec mes gestes d'écritures, les outils de dictée ou Siri sont moins simples à dompter, surtout que Siri aussi choisit ses langues, elle apparaît sur mes claviers en anglais, français et espagnol, mais pas encore turc ou en néerlandais. Cela ne m’empêchera pas d’explorer bientôt les possibilités d'écriture à travers ces outils de dictéeHâte de voir ce que cela va donner (beaucoup de drôleries, sans doute). D'ici là, je tape tape tape...

Pas de Siri en turc
Pas de Siri en turc
Siri est la - clavier francais
Siri est la - clavier francais