100% Amsterdam, 100% generosity

100% Amsterdam

As part of my work as an online editor for the European Cultural Foundation, I have been to the 100% Amsterdam performance by Berlin theatre collective Rimini Protokoll at the Stadsschouwburg Amsterdam

I wasn't sure what to expect from this performance which has gathered 100 people from the city of Amsterdam to each represent 1% of the city according to statistics such as the following:

  • 51% female, 12% over 65 years, 4% aged 0-4 years.
  • 230,549 of the 809,892 inhabitants of the city are single 
  • 69,857 are married with children
  • and so on... 

But how much do we know about these people? What are the stories behind these statistics? We may know how many of them are unemployed, but do we know how many are in love? looking for a partner? How many have saved a life? lost a friend? expect to die in the next 10 years? 

To the statement "I think only heterosexual couples can adopt", only two stand under "IK" (me in Dutch). The 98 others stand under "IK NIET" (not me).  

To the statement "I have a firearm in my house" only one stand under "IK". And we know from the very beginning of the performance when each Amsterdammer introduce themselves that this specific guy is a policeman. 

The response to these two statements only made me feel proud to have chosen this very city to be my home for the last 8 years.

There were many other questions asked, the most sensitive ones, such as "Who has cheated on their partner" or "Who has ever disobeyed the law", have been answered in the dark using torch lights for us in the audience to still see the "statistics". 

For a few hours, the stage at the Stadsschouwburg has been transformed by the stories of these people. Because statistics don't mean much without stories. But even if each one of the Amsterdammers on stage have good stories to tell, it is not enough to just gather them on a stage. Their stories have to connect, among themselves and with the audience, and 100% Amsterdam achieved that perfectly.

These people on stage were just marvellous.

It takes gut to go on one of the most prestigious theatre stages of the city and stand alone in the middle under statements such a "I am HIV positive" or "I have/had cancer", or even to tell two sentences about oneself. It takes a lot of courage to admit in public that you have broken the law. It takes generosity to stand with 99 people you don't know on a stage and give yourself to an audience of even more unknown people. 

"Creativity takes courage" once said painter Henri Matisse. These 100 Amsterdammers proved it a 100%. 

The 100% project has been performed in many cities before reaching Amsterdam, a.o. London, Philadelphia, Riga, Brussels, Berlin, Tokyo... and will continue further. Members of Rimini Protocol said Africa was on their wish list. 

If you are in Amsterdam, performances continue until 13 December 2014 at the Stadsschouwburg Amsterdam

A Review of the Graphic Details Exhibition: Stories Beyond Identities

I wrote a review of the exhibition Graphic Details: Confessional Comics by Jewish Women
Curated by: Sarah Lightman and Michael Kaminer, on show until  13 December  2014 at Space Station Sixty-Five in London. 

The piece starts as follows: 

Years ago when I first moved to Amsterdam, I visited an exhibition at the Jewish Historical Museum titled Superheroes and Schlemiels, Jewish Memory in Comic Strip Art.  Presenting a fascinating exploration of the many ways the rich history of comics in the 20th Century is intertwined with the hopes and struggles of the Jewish community, the exhibition highlighted Joe Shuster and Jerry Siegel’s Superman, Will Eisner’s A Contract with God, Art Spiegelman’s Maus and Joann Sfarr’s Rabbi’s Cat.

You can read the full article on the Comics Grid Blog

uppercase issue 23

I am very happy to be a contributor for the beautiful Uppercase Magazine. This issue is focused on Calligraphy, and I have written a reportage about a calligraphy guild in Paris. 

Discover Turkish Wines

Food also comes into my passion for the arts and culture, and that is one of the reasons why I am so happy to help edit and write for the Discover Turkish Wines online magazine published by House of Red and White, an independent marketing group based in Austin, TX, and dedicated to expanding the knowledge of wines from Moldova, Montenegro, Turkey and Georgia. My dear friend, journalist and entrepreneur Senay Özdemir is at the head of this endeavour, and it is a pleasure to collaborate with her. 

I am especially happy about the cultural picks I have introduced into the magazine: books, music, and even comics... to enjoy your wine with. 

Discover Turkish Wines is accessible for free, so have a look and enjoy reading!

Films, Hearts and Languages - Free Word Centre

In August, I attended the Sarajevo Film Festival. I have written a piece focused on language for the Free Word Centre blog. Here is the beginning:

Last week was the 20th edition of the Sarajevo Film Festival, one of the most important international film festivals of Europe. It has an immense impact, especially in the region, every year awarding its Hearts to films coming from around the world. I was again very lucky to be there and experience the immense energy of the city, the high quality of the movies and encounters with the filmmakers that were on offer. Now, because I mostly (if not always) look at the world through my translator’s eye, I will be exploring my experience of the festival the same way. So do not expect film reviews (I am not a film critic), but rather a look at the role language and translation play in film making and viewing. 

You can read the full piece on the Free Word Centre's website.

Il y avait quelqu'un, il y avait personne

Deux textes qui me tiennent à cœur, publiés ici en version numérique chez Publie Net

Voici ce qu'en dit François Bon, qui les a accueillis à l'époque où il dirigeait Publie Net. 

'Je n'ai pas demandé à avoir une langue maternelle', dit-elle.
Canan Marasligil parle turc avec sa mère et sa grand-mère, mais a été élevée à Bruxelles, regardant les films américains sur la télévision néerlandaise, où ils ne sont pas doublés, pendant que son père prend les informations en allemand. Le travail du père, et comment on traite les immigrés turcs. Et le retour en Turquie, le décalage avec celles qui là-bas se voilent, et la grand-mère qu'on retrouve après un deuil...
Mais rien de lourd, rien de pesant. Une autre gravité, celle du sensible – un battement de coeur pour un passeport dont la photo est trop vieille, ou comment l'arrivée de la télévision couleur a révélé la détresse du père. Aujourd'hui, Canan (prononcer Djanan...) vit à Amsterdam, écrit en quatre langues et traduit de l'une à l'autre, aborde sa propre route d'écriture. Elle a commencé par la fiction, et puis voilà cette belle formule, "Bir varmış, bir yokmuş", l'équivalent de notre "il était une fois" – cela signifie littéralement "il y avait quelqu'un, il y avait personne", et c'est ainsi que commencent les contes, là-bas. C'est dans ce flottement entre conte et réalité que Canan Marasligil ouvre son propre espace de récit, et ose l'ouvrir à une autobiographie insaisissable, impalpable, pour venir plus près des êtres.
Une grande fierté à accueillir en tant qu'auteur la maître d'oeuvre de notre revue de littérature contemporaine turque, "Meydan, la Place".

Mokum, publié dans la revue Nerval

 Leendert Barmhartigheid (à gauche) avec Abraham et Isaac van Velzen.

Leendert Barmhartigheid (à gauche) avec Abraham et Isaac van Velzen.

Dans Austerlitz, W.G. Sebald écrit :

« …I returned to Germany at the end of 1975, intending to settle permanently in my native country, to which I felt I had become a stranger after nine years of absence. » (traduction de l’allemand par Anthea Bell, 45)

…to which I felt I had become a stranger after nine years of absence.

J’ai quitté Bruxelles pour Amsterdam il y a sept ans.

À la différence de ce qu’écrit Sebald au sujet de l’Allemagne « my native country », la Belgique n’est pas mon pays natal. Mais si je n’y suis pas née, c’est là où j’étais – avant Amsterdam. Et si un jour je dois retourner quelque part…
— début de "Mokum", texte publié dans la revue Nerval

Ce texte fait partie des nombreux questionnements que j’ai quant aux questions d’appartenance, d’identité, de notre rôle et place dans l’histoire. J’essaie notamment d’explorer les liens entre l’espace et l’histoire, et comment nous pouvons (re)trouver un espace commun même si nous ne sommes ni originaires des mêmes lieux, ni de la même époque. C’est une réflexion que je continue d’explorer à travers une série de textes sur Amsterdam, Bruxelles, Istanbul, Londres, Montréal… les villes où je vis, où j’ai vécu, où j’ai envie de vivre.

Vous pouvez lire le texte en entier sur le site de Nerval. Remerciements chaleureux à François Bon de l'avoir accueilli. 

 

des cannes en plastique ajustables avec lampe intégrée

Heybeli ada
Heybeli ada

Les îles des Princes au large d'Istanbul sont désertées en hiver par les touristes, locaux et étrangers, qui s'y rendent surtout en été. C'est donc avec un plaisir immense que j'y suis allée la semaine dernière. (Tout comme j'aime aller à Bruges ou à Ostende en plein hiver, de préférence quand le paysage est bien gris.)

La vie y est calme, bien plus tranquille que dans la métropole, et c'est sans doute pour cela que les artistes graphistes que j'y ai rencontrées y ont installé leur atelier depuis cinq ans (je vous parlerai de leurs superbes projets à un autre moment).

Les chiens y sont gentils. Les commerces plus petits. Les gens plus chaleureux. Le thé ada çayı | le thé de l'île y est délicieux.

Bateaux par temps de pluie
Bateaux par temps de pluie

Par un tel jour de pluie, les ferrys ont été bien secoués. J'en ai même eu le mal de mer. Mais j'ai tout de même pu voler quelques images à ce vendeur de canne en plastique ajustable avec lampe intégrée.

Selâmün aleyküm!

Selâmün aleyküm!!

Selâmün aleyküm!!!

E Selâmün aleyküm!!!!

Après les trois premiers silences d'étonnements, les passagers répondent en choeur :

Aleyküm Selam!

Un salut bien pieux que pour tenter de nous vendre des cannes en plastique ajustables avec lampe intégrée

"et des piles ! Je donne aussi les piles pour recharger !"

Le vendeur de cannes
Le vendeur de cannes

Et la canne s'ajuste ainsi, la lampe pour avancer dans le noir, parfait pour vos parents, vos grand-parents, 10 lires, juste 10 lires. Ten liras, Ten! 

10 liras
10 liras

Les touristes libanais en face de moi avec qui on a échangé quelques mots en français demandent :

"how much for two ?"

Ah, qu'est-ce qu'on se ressemble quand même, me dis-je en souriant.

"One for 10 liras"

répond le vendeur.

"How much for two"

insiste le jeune touriste libanais.

Et ça continue jusqu'à ce que les deux cannes partent pour... 15 lires.

Puis la porte derrière qui ne cesse de claquer - c'est que pendant tout ce spectacle, le ferry continue de valser et les portes de claquer, (et moi de secouer l'iPhone).

IMG_5381
IMG_5381

Rien n'arrête notre vendeur.

On l'ajuste comme ça. Petits ou grands, pour vos parents, vos grand-parents.

IMG_5384
IMG_5384

Ou pour vous. Si vous avez envie, vous pouvez même faire du ski avec.

IMG_5388
IMG_5388

Et vous savez combien il en a vendu de cannes ajustables à lampe intégrée ?

À votre avis ?

...

tout son lot, il est parti.

les cliques et les clicks

20130207-005026.jpg
20130207-005026.jpg

j'aime pas les cliques j'aime que les clicks ce soir je suis allée à la fête de lancement du nouveau roman d'une amie. y'avait du beau monde. la gente littéraire d'Istanbul y était. tous ceux qui se détestent à coups de twitts ou de chroniques paillasson y étaient. j'y ai vu une ancienne amie. elle a été mon île pendant toute la soirée. on s'est parlées. c'était bien. du coin de l'oeil j'ai observé les habitudes de ses messieurs dames membres des cliques. c'était effrayant. puis je me suis dit, ça doit être la même chose partout. sans doute. je préfère m'en éloigner. m'enfouir dans le Web. retourner à mes clicks. y'a sûrement des cliques sur le Web, mais elles sont plus simples à ignorer. et puis quoiqu'il arrive, les clicks sont plus nombreux.

photo : sur la place de Beyazit, Istanbul

127bis

le centre 127bis est en Belgique c'est un centre fermé sa fonction est l’enfermement des personnes en séjour irrégulier ces étrangers ces sans papiers ceux qui arrivent en Belgique sans visa sans autorisation d'entrée il faut donc les enfermer

ma tante est au centre 127bis depuis un mois un mois qu'elle y survit a-t-elle toujours été sans papiers ma tante ?

le centre 127bis est à Steenokkerzeel imprononçable les employés de Steenokkerzeel n'arrivent pas à prononcer les noms des sans papiers

je suis allée rendre visite à ma tante j'ai glissé ma carte d'identité belge sous la vitre à la dame blonde sous son regard méprisant, je déteste ma carte d'identité elle me juge je la juge aussi comment se retrouve-t-on ici ?

en Belgique ce mode de détention est en expansion il n’est pas remis en cause par les politiques

le centre 127bis est une institution une institution qui ne dépend pas du Ministère de la Justice ce n'est pas une prison c'est un centre d'enfermement on n'empêche que ta liberté de mouvement

ma tante est enfermée là depuis un mois elle attend soit on lui donnera l'asile soit on la renverra il y en a des centaines comme elle des milliers jamais on ne se demande pourquoi ils viennent ici ces gens ces êtres humains que fuient-ils ? pourquoi laissent-ils leurs familles derrière eux ? pourquoi abandonnent-ils leurs terres ? c'est tellement plus simple de se dire qu'ils sont de trop qu'ils devraient rentrer chez eux (c'est où chez eux ?) qu'ils peuvent mourir qu'on s'en fiche

le centre 127bis n'est pas une prison il n'est pas dépendant du ministère de la justice non il n'y a aucune justice dans l'existence d'un lieu pareil aucune excuse dans le maintien d'un tel système

ceci n'est pas une prison

mon père était enfermé, il y a trente ans, en Belgique aussi mais à l'époque, je ne sais pas si c'était un centre fermé ou une prison maman dit que c'était une prison baba ne dit rien

moi, je reçois une poupée barbie par la poste maman me dit que baba l'a envoyée d'Allemagne vingt ans après j'apprends que cette poupée ne venait pas d'Allemagne

les familles mettent du temps à parler parfois jamais, alors il faut chercher

ma tante est enfermée au centre 127bis aujourd'hui je n'attendrai pas vingt ans pour le raconter

en mouvement, sous la neige

Amsterdam sous la neige, c'est très très beau. Rouler à vélo sous et sur la neige, c'est un peu moins pratique, mais pas impossible. La plupart des amstellodamois étaient sur leur vélo aujourd'hui. Moi aussi je continue de rouler à vélo chaque hiver enneigé mais aujourd'hui j'ai abandonné mon vélo et j'ai pris le tram. Et dans le tram, je me suis amusée à capturer des instants. Cet exercice en plein mouvement m'a bien plu. En voici quelques clichés... Amsterdam sous la neige Amsterdam sous la neige Amsterdam sous la neige Amsterdam sous la neige Amsterdam sous la neige Amsterdam sous la neige Amsterdam sous la neige Amsterdam sous la neige Amsterdam sous la neige